Un petit clip pour un grand flop !

Saint-Marcellin propretéSoit, à l’origine une belle et noble intention : celle d’inciter les habitants à mieux trier, mieux valoriser et moins jeter…
Ce qui justifie la mise en place à l’échelle des trois communautés de communes constituant le Pays du Sud Grésivaudan*, d’un nouveau mode de collecte des ordures ménagères en points d’apport volontaire, conséquence de la mise en place de la redevance incitative…

Soit, un édile, Jean-Michel Revol, maire de Saint-Marcellin, confronté depuis de long mois à une situation critique suite à des dysfonctionnements chroniques sur lesquels il n’a aucune prise directe…
Soit, une population Saint-Marcellinoise exaspérée par les contraintes qu’impose ce nouveau mode de collecte mais aussi par les dysfonctionnements chroniques du dispositif… Qui exprime aussi sa non acceptation de l’usage d’un badge sans lequel on ne peut accéder au conteneur à ordures et dont ils ont aussi l’impression qu’il sert à les pister…
Soit, une organisation institutionnelle pas très lisible et compréhensible par le commun des mortels… Jugez-en plutôt : les communes ont transféré la compétence déchets à la communauté de communes qui l’a elle-même déléguée à un syndicat mixte  en charge de la collecte et du traitement des déchets. Et encore, je simplifie à l’extrême un schéma organisationnel qui est en réalité beaucoup plus complexe…
Soit, trois communautés de communes, chacune d’elles décidant du tarif qu’elle applique et des modalités de facturation, bien entendu différentes d’une communauté à l’autre…
Soit encore, des incohérences juridiques à l’échelon de l’Etat qui pimentent la situation. Passer à une tarification de type redevance incitative que promeut l’une des lois “Grenelle Environnement”, nécessite de pouvoir quantifier les volumes de dépôts (d’ou le badge) et donc signe la fin du passage du camion poubelle à domicile alors que le code général des collectivités territoriales fait de la collecte hebdomadaire des ordures ménagères en porte à porte une obligation dans les zones agglomérées de plus de 500 habitants permanents. Bon, allez comprendre…
Soit, in fine, un gigantesque bazar, de la grogne, de l’incompréhension, de l’insatisfaction à tous niveaux, des erreurs de communication majeures qui ont largement contribué à plomber l’initiative et surtout… des sacs poubelles déposés un peu partout à même le sol dans les rues de Saint-Marcellin ou d’ailleurs… Bref, un grand flop !

Un grand flop qui m’a conduit à proposer au maire de Saint-Marcellin qui m’a sollicité, de concevoir la réalisation de ce petit clip de sensibilisation des habitants que vous pouvez visionner en cliquant sur l’image.
Ainsi, moi aussi, à ma manière, j’ai fait le maximum, mais pas l’impossible !

* communauté de communes du Pays de Saint-Marcellin
  communauté de communes Chambaran-Vinay-Vercors
  communauté de communes de la Bourne à l’Isère

1 réflexion sur « Un petit clip pour un grand flop ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.