Overdose !

journauxEn l’espace d’à peine 24 heures, j’ai reçu dans ma boîte à lettres les magazines du Département, de la Métropole et enfin celui de la ville de Grenoble.
Chacun comptant 48 pages, voilà donc pas moins de 144 pages d’informations locales à ingurgiter !
Sachant qu’un citoyen lecteur consacre en moyenne 7 minutes à la lecture de la presse territoriale, on peut imaginer sans difficulté l’ampleur de la déperdition d’informations et donc le faible impact de ces supports qui, diffusés simultanément, se cannibalisent entre eux.
A méditer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.