Thème : Repéré…

23 et 30 mars : les municipales

Le ministère de l’Intérieur a annoncé le 5 septembre que les élections municipales auront lieu les 23 et 30 mars 2014. Ces dates devraient faire l’objet d’une communication au conseil des ministres à la fin du mois de septembre avant que le décret de convocation du corps électoral soit publié au journal officiel.

Le décor est donc planté !

Il y a encore d’excellentes pub !

Il y a encore d’excellentes pub à l’instar de celle-ci que je vous invite à visionner pour vous offrir trente deux secondes de sourire…
Bonne journée.

Un peu de patience !

Vous êtes nombreux à consulter mes derniers posts.
Et, ouh là, là, je m’aperçois que le temps a filé à toute allure depuis le dernier sans que je trouve le temps d’alimenter la suite de mon propos !
Patience !
Promis, d’ici quelques jours, je poursuis.
Merci de l’intérêt que vous portez à ce modeste blog et à très vite…

Bruno Détrie

C’est bien vrai ça !

Rangeant quelques papiers, je suis tombé sur ce dessin que mon père m’a remis, il y a bien des années alors qu’il était en actvité. Il conserve toute sa fraîcheur et sa pertinence ! (Pour le découvrir en grand format, cliquez sur l’image)

Au-delà de la problématique marketing qu’il résume, il y a dans ces traits d’humour, une simple vérité humaine qui exprime bien aussi les enjeux de communication actuels !
L’exhumant de mes archives et lui donnant une seconde jeunesse numérique, il me plaît de le partager avec vous. 

News du front numérique…

En ce tout début d’automne, quelques chiffres tout récemment publiés retiennent mon attention :

  1. Le cap des 40 millions d’internautes a été franchi, soit près de 72 % des français âgés de 11 et plus.
  2. On compte  aujourd’hui 20 millions de mobinautes, ceux qui consultent internet depuis leur smartphone ou tablette, soit la moitié des utilisateurs ! Et il se confirme qu’à la fin 2013, les connexions à partir des outils nomades dépasseront celles réalisées depuis un ordinateur.
  3. Plus de 30 millions d’internautes ont regardé au moins une fois une vidéo sur internet. Une progression de près de 10 % en un an qui signe la forte et rapide montée en puissance de ce média.
  4. Le nombre d’utilisateurs européens de smartphones scannant des flashcodes (ce carré constitué de petits carrés, comme celui illustrant ce post et qui n’est autre que ma carte de visite numérique !) a progressé de 96 % en un an, soit 17,6 millions de pratiquants.

Des chiffres qui invitent à la réflexion et dont il faut absolument tenir compte lorsqu’on réfléchit “stratégie de communication”.

J-354 : après il sera trop tard !

Le compte à rebours est engagé : aujourd’hui, 354 jours nous séparent de la date du 1er septembre 2013.
“Et alors ? Mais qu’est-ce qui lui prend de se mettre à décompter les jours ?” vous interrogerez-vous peut être !
Je vous rassure, au seuil de cette rentrée, je vais bien !
Je souhaite simplement attirer votre attention sur cette date fatidique qui, six mois avant l’échéance des élections municipales de 2014, marquera l’entrée en vigueur des restrictions de communication en période pré-électorale.
Sans rentrer dans les arcanes de la réglementation (articles L 47 et suivants du code électoral), retenez que toute nouvelle action de communication de la collectivité engagée ou mise en œuvre postérieurement au 1er septembre 2013 pourra donner lieu à un contentieux électoral à l’issue incertaine !

Cette échéance clé invite donc à s’interroger dès aujourd’hui sur le point de savoir si la communication de votre collectivité territoriale doit être revisitée, corrigée ou complétée.
Elus locaux et techniciens territoriaux, il vous reste donc moins d’un an pour procéder à cet examen et déterminer en toute sécurité et sans risque les correctifs ou envisager le déploiement de nouveaux supports ou outils de communication dont votre collectivité a besoin.
Considérant la vitesse à laquelle les échéances se profilent et le temps nécessaire pour déployer un projet, il est plus que temps de s’atteler à la tâche !

A bon entendeur…

Que sera l’entreprise à l’horizon 2020 ?

Je vous recommande de consacrer quelques minutes à cette intervention de Marc Halevy, philosophe et prospectiviste qui expose sa vision de ce que pourrait être l’entreprise à l’horizon de la fin de la décennie.
Un propos intéressant et riche qui n’est déjà manifestement déjà plus tout à fait de la prospective…

Après le choc des photos, le poids des mots…

Dernière ligne droite. Ils ne sont plus que deux à se livrer la bataille… des petites phrases.
Parmi toutes celles entendues depuis le 22 avril, une expression dans la bouche de François Hollande interpelle : “le candidat sortant”.
La première fois que je l’ai entendue, j’ai pensé à un lapsus. Puis je l’ai à nouveau entendue et ré-entendue depuis et en particulier explicitée et innombrablement scandée lors du meeting de Bercy, dimanche dernier 29 avril, au point de considérer qu’elle était bel et bien  une figure de rhétorique employée sciemment.
Littéralement, l’expression est impropre. Car selon la définition est “candidat“ celui ou celle qui postule à une charge, une fonction, un emploi, un examen… Un candidat ne peut donc être “sortant” avant le verdict de l’échéance !
Curieusement et sauf erreur de ma part, je n’ai entendu aucun commentateur relever cet usage…
Impropre, l’expression n’est pour autant pas dénuée de sens. Et c’est bien pour cela que le “candidat entrant” l’utilise régulièrement. Probablement pour imprimer dans nos inconscients cet aphorisme suggérant que son adversaire, “président sortant” est bientôt “candidat sorti” !

Oui, les mots ont un poids…

Petit précis de langue de bois !

Ne manquez pas de consacrer cinq minutes à cette leçon de langue de bois que Franck Lepage délivre avec humour…
Pour y accéder, c’est par là !

Presse territoriale : miser sur le “pluri-média” !

Cette expression “jargonneuse”, révèle en fait une observation simple que m’enseigne ma pratique quotidienne de la presse des collectivités territoriales : un positionnement éditorial pertinent doit aujourd’hui miser sur la complémentarité entre les média classiques (presse) et les nouveaux qui ont pour support, l’univers diffus, d’internet.

Pas plus que la télé n’a tué la radio qui ne s’est jamais portée aussi bien qu’aujourd’hui, jamais le net ne viendra à bout des traditionnels supports de communication “print” qui resteront, longtemps encore des canaux de communication porteurs, à ne pas négliger !

Loin de se neutraliser et encore moins de s’opposer, ces média se complètent par leurs spécificités respectives. Une approche rationnelle et efficace, nécessite donc aujourd’hui d’organiser et gérer cette complémentarité. Au média “print” d’apporter une information “froide” et distanciée, qui peut donc être approfondie et fouillée. Aux média numériques de délivrer une information “chaude”, rapide et collant à l’actualité, donc nécessairement de nature plus factuelle.