Thème : Coup de cœur

Oser des vœux innovants !

Merci à la ville de Saint-Marcellin et à son maire, Jean-Michel Revol, de m’avoir fait confiance et suivi mes préconisations pour renouveler en profondeur la cérémonie des vœux à la ville, habitants et acteurs locaux.

Depuis l’ouverture du Diapason, très belle salle de spectacle de Saint-Marcellin, la cérémonie y était traditionnellement organisée. Très classiquement le maire s’y exprimait dans un propos à la fois rétrospectif et prospectif, donc très et beaucoup trop long !

Conscient que ce format de vœux n’était plus réellement en phase avec notre temps, le maire me sollicita pour élaborer une nouvelle formule.

Je préconisais donc d’abandonner le confort douillet du Diapason pour réinvestir le cœur de ville pour un temps festif en extérieur ! Cette proposition iconoclaste en a surpris plus d’un et a donc fait débat au sein de l’équipe municipale. Après bien des interrogations, l’édile finit par donner son feu vert.

Et voilà comment Saint-Marcellin s’est rassemblée sur la place d’Armes, samedi 14 janvier en fin d’après-midi dans le grand froid et la neige qui tombait encore en flocons serrés en milieu d’après-midi !!! Ci-dessous, reportage en images et notes d’ambiance qui valent mieux que toute explication…

Au final, un propos du maire réduit à 4 minutes chrono et ni plus, ni moins de monde que pour les classiques précédentes éditions. Mais un public différent, plus jeune, venu en famille avec le sourire. Et que des retours positifs sur un moment jugé réellement convivial et simple dans une ambiance qui tenait à la fois du pot d’accueil de la station de ski et la fête du village… Le tout dans un budget inférieur aux précédentes années. Sans compter la motivation décuplée des agents impliqués dans l’organisation de ces vœux !

Joli coup gagnant donc qui montre qu’il faut oser ! A tel point que les élus ont d’ores et déjà fixé les vœux 2018. Ce sera à nouveau place d’Armes, samedi 6 janvier 2018. Notez bien la date !

Faire passer un message…

Voilà un bel exemple qui montre que parler d’un sujet difficile ne condamne pas à faire sur le mode ch…t !
Bravo pour cette pub légère et décalée qui porte néanmoins très bien le message.

« Numérique : le pire et le meilleur des mondes »

Le temps de la reprise est là !
La trêve estivale fut reposante et ressourçante, m’offrant de sillonner la moitié ouest de la France, du Pays Basque à la Vendée en passant par Paris. Décidément, quel beau pays que celui-ci ! A chaque tour de roue ou presque, il révèle une extraordinaire variété de paysages. A l’image de “Ma France”, cette belle et inusable chanson de Ferrat !
Les vacances sont une respiration dans laquelle la lecture a toute sa place. De mes lectures au creux de l’été, j’ai retenu ce propos de Thierry Aumônier, dirigeant d’entreprise publié dans les colonnes de La Croix, décidément un excellent quotidien. Je ne résiste pas à le partager en remerciant mon Père de me l’avoir signalé sans oublier l’auteur et le journal :

“Ce que nous apporte l’ère numérique, ce n’est pas le meilleur ou le pire ; c’est tout à la fois le meilleur et le pire. Le mot d’écran, inséparable de nos « terminaux » numériques, devrait d’ailleurs nous mettre la puce à l’oreille : ne signifie-t-il pas un obstacle à la communication ?

Bons anniversaires !

LCP-PSVoilà qu’en ces temps, la chaîne parlementaire (LCP) et Public Sénat fêtent leurs 15 ans d’existence. L’une et l’autre l’ont fait avec modestie et intelligence, ce qui correspond très exactement à ce que me semble être leurs lignes éditoriales.

Voilà deux chaînes de télévisions, émanant d’institutions au cœur de la République qui nous ont démontré de belle manière qu’avec des moyens plutôt modestes, il était possible, dans notre temps, de faire une télévision intéressante, qui donne à réfléchir et à comprendre. Bref, un modèle télévisuel qui innove en s’appuyant tout à la fois sur la TNT et internet.

Sans doute un modèle qui pourrait et devrait inspirer, toutes proportions gardées, nombre d’initiatives locales.

Un problème, une solution !

Sur le point de prendre mes quartiers d’été, il me plait de soumettre à votre lecture et réflexion, la jolie parabole qui suit :

À sa mort, un fermier laissa ses chevaux en héritage à ses trois fils.
Dans son testament, le père avait ainsi établi le partage :
• Mon fils aîné recevra la moitié de tous les chevaux.
• Mon second fils recevra le tiers de tous les chevaux.
• Mon plus jeune fils recevra le neuvième de tous les chevaux.

A son décès l’on comptait 17 chevaux. Devant l’impossibilité de diviser 17 par deux, par trois et par neuf, la chicane ne tarda pas à s’installer entre les trois fils.
Puis ils décidèrent de faire appel à un fermier voisin dont ils appréciaient l’intelligence, dans l’espoir qu’il puisse trouver une solution à leur différend.
Le fermier commença par lire le testament avec grand soin.
Après quoi, il alla chercher son propre cheval et l’ajouta aux dix-sept autres.
Il y avait donc maintenant dix-huit chevaux dans le pré.
Dès lors, il devint possible de procéder au partage dans les conditions fixées dans le testament du père.
• le fils aîné reçut la moitié des 18 chevaux, soit 9.
• le second fils reçut le tiers des 18, soit 6.
• le plus jeune fils reçut le neuvième, soit 2.
Ainsi ils se répartirent les 17 chevaux.
Il restait donc un cheval que le fermier voisin reprit et ramena à sa ferme…

Les meilleures choses ont une fin !

C’est ce que je me suis dit en prenant part à la récente inauguration d’Aqualline !
Inauguration qui s’est déroulée dans une ambiance très conviviale et “bon enfant” marquant aussi le point final de l’aventure.
Trente mois de chantier que j’ai donc accompagné dans le cadre de la mission que m’a confié le Sivom de l’agglomération de Saint-Marcellin. M’efforçant de déployer avec pertinence et modération, une communication innovante tirant le meilleur parti des possibilités ouvertes par les nouvelles technologies de communication et s’appuyant très largement sur une succession de brefs reportages vidéo relayés par le site internet du Sivom via la plateforme youtube.
Une manière d’intéresser le grand public à un projet qui le concerne au premier chef en l’associant à un chantier d’ampleur duquel il est nécessairement tenu à distance en raison de l’incontournable principe : “chantier interdit au public” ! Et l’on comprend pourquoi…
Et pour conclure, comme une cerise sur un gâteau, l’édition d’un livre dont j’ai conçu et piloté le projet éditorial centré sur un regard photographique. Une vision artistique pour témoigner et rendre hommage à tous ceux qui, de près ou de loin, auront pris part à ce qui, au fil des mois, m’est apparu comme une très belle aventure humaine.
Autrement dit, communiquer pour donner sens et créer du lien.
Certes cela à un coût, mais dans un budget limité et maîtrisé, représentant à peine 0,3 % du montant de l’investissement !

Vous pouvez visionner ici l’ensemble des vidéos.
Les deux dernières sont en préparation et seront publiées prochainement.Inaug Aqualline

Vinay.fr : on line !

Capture d’écran 2013-10-13 à 23.49.51Depuis le milieu de la semaine dernière, il est en ligne le nouveau site internet de la ville de Vinay et pour m’être investi dans sa conception, j’en tire une réelle satisfaction ! Certes, il mérite d’être encore peauffiné dans ses contenus et étoffé dans ses fonctionnalités. Mais il est en ligne et présente désormais l’actualité de cette attachante petite ville d’à peine plus de 4000 habitants au cœur de la noyeraie Iséroise. Sobre, fonctionnel, convivial, j’aime bien sa tonalité…

Com de crise : la SNCF à la pointe

Le dramatique accident ferroviaire de Brétigny en juillet dernier a placé la SNCF dans une situation de crise aigüe à laquelle il me semble qu’elle a fait face avec intelligence et beaucoup de pertinence, en particulier dans le déploiement de sa communication. Le ton en avait été donné d’emblée par Guillaume Pépy, président, qui dès le lendemain de l’accident déclarait : “la SNCF se considère comme responsable”. Signifiant par ces quelques mots que la langue de bois était restée à quai !

Par la suite, elle délivrait par de multiples canaux, dont le blog spécifiquement dédié (accessible ici) des informations factuelles, complètes, et transparentes. Informations et messages délivrés avec une tonalité empreinte de sobriété et même… d’humanité.

C’est incontestablement une attitude responsable à mettre à l’actif de cette société publique avec laquelle les français entretiennent un rapport ambigu : ils y sont attachés autant qu’il la critiquent  à tous propos ! Cela vaut d’ailleurs autant pour les clients que pour les agents dont il m’arrive d’entendre de la part de ces derniers des propos sévères et parfois… injustifiés.

Ce faisant, la SNCF s’est montrée à la hauteur des enjeux et sans doute à la pointe de ce qui peut se faire de mieux en matière de communication de crise. Reste que pour les victimes et les proches des disparus, la plaie béante demeure…

Pour vous aider à patienter…

Allez, pour vous aider à patienter quelque peu, je vous invite à visionner ce clip très sympa de 5’40 ».
Tout simplement une belle idée pour créer un événement qui interpelle, sensibilise et contribue éventuellement à faire passer un message…
En l’occurence l’initiative revient à “Banco Sabadell”, qui a ainsi marqué de belle manière son 130ème anniversaire.
Sabadell étant une ville de 200 000 habitants située près de Barcelone.
A considérer…

Pour comprendre la révolution internet

A ceux qui voudraient mieux saisir les enjeux d’internet et comprendre l’impact de ce nouvel outil sur l’organisation et le fonctionnement de la société, je recommande de visionner l’intervention de Serge Soudoplatoff dans le cadre du cycle des excellentes conférences des ErNeSt, hélas actuellement en sommeil, produites par des étudiants de Normal Sup.
Mais, prenez la précaution de vous caler sur votre chaise ou dans votre fauteuil : ça décoiffe mais c’est PA-SSIO-NNANT !
A voir et à revoir sans modération…