Poids des mots contre choc des photos conjugués à l’hyprocrisie absolue…

4745173_3_34ef_l-une-des-photos-du-petit-syrien-noye-faites_48a65c0ee094b413efa4498d2fd7b482

Tout cet été, alors que nous divaguions à nos douces occupations estivales, les média, pleinement dans leur mission, n’ont cessé de nous informer jour après jour, dans une quasi indifférence générale, du drame de ces “boat people” d’un nouveau genre qui tentent de fuir leur horreur jusqu’à atteindre la mort qui leur est de toute façon promise.

Et voilà qu’aujourd’hui nos bonnes consciences sont heurtées par ces images de ce petit gamin inerte, échoué, face à terre, sur une plage turque. Une de celles où nous, européens, affectionnons d’aller nous prélasser…
Il y a 30 ans, nous avons eu droit à ces images insupportables de cette gamine colombienne que ne nous avons vu crever sous nos yeux, dans une quasi indifférence ou impuissance générale. Aujourd’hui ce sont celles de ce petit corps sans vie, échoué sur une plage turque, qu’on nous balance. Juste un enfant syrien, mais peut importe sa nationalité, de 3 ou 4 ans, qui avec sa famille, fuyait la guerre.
Et voilà que ces images toutes aussi insupportables que d’autres, car porteuses d’une inhumaine horreur, la même qu’il y a 30 ans, finissent enfin par nous interpeller. Dans notre pathos ou dans nos consciences ?
Faudrait-il se résigner à ce que la force d’images abominables, soit l’unique moteur d’un soupçon d’éveil de nos consciences ?
J’espère que NON ! Mais je vous avouerais que je doute fortement.
Suis-je loin des problématiques de communication que j’ai choisi de traiter ici, sur ce blog ? Non, tout au contraire, je crois que mon propos se situe en leur cœur. Si tant est que toute action politique appelle le courage de réagir et surtout d’agir.
Ce qui devient de plus en rare, quelle que soit l’échelle à laquelle on se situe…
Et ce n’est pas la diffusion de quelques photos aussi poignantes soient-elles qui y changera quoi que ce soit !

2 réflexions sur « Poids des mots contre choc des photos conjugués à l’hyprocrisie absolue… »

  1. Thermopyles

    Réagir, oui.
    Mais agir est plus important.
    Et je reste très dubitatif sur le discours. L’éditorial de ce jour dans Le Monde est significatif de notre »ouverture d’esprit »: les réfugiés syriens, oui, les réfugiés économiques, non, il faut les reconduire !
    On parle de liberté de circulation pour les marchandises, pour la finance … et que fait-on de celle des hommes ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.