L’open data, ou système de données ouvertes consiste à assurer à tous les citoyens un libre accès à des données publiques brutes et réutilisables. Promue par Barack Obama à l’occasion de sa campagne pour l’élection présidentielle de 2008, cette démarche s’inscrit plus largement dans le mouvement de l’Open Gov ou démocratie ouverte fondé sur trois piliers indissociables : transparence participation et collaboration.

Le coup d’accélérateur de la loi NOTRe
Se développant lentement en France depuis 2010, l’open data vient de recevoir un coup d’accélérateur avec l’entrée en vigueur de la loi NOTRe obligeant les communes de plus de 3 500 habitants et leurs EPCI à mettre en ligne sous format électronique leurs données publiques.
Un décret d’application viendra préciser le type et le calendrier de mise en œuvre. Cela étant rappelé relativisons la portée de l’innovation puisque le principe de la transparence est acté depuis longtemps dans l’article 15 de la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen ainsi rédigé : “La Société a le droit de demander compte à tout Agent public de son administration”. Ce principe étant régi par plusieurs textes :

L’ampleur du chantier commande de s’y atteler dès maintenant.
Car la démarche est avant tout politique. Au-delà de la transparence, l’enjeu de l’open data c’est d’encourager la participation citoyenne, développer des services, dynamiser le territoire et améliorer l’efficacité des administrations. Enjeux éminemment politiques pour la collectivité.

Car elle suppose d’une part une infrastructure technologique qui a un coût qui, selon l’option retenue, peut être conséquent et nécessite d’autre part une organisation pour identifier, collecter, traiter et mettre les données en ligne. Ce qui ne s’improvise pas.

Enfin, à partir du moment ou les données sont publiées, il faut les faire connaître et comprendre. Il y a un très gros travail de pédagogie et de vulgarisation. Il faut arriver à faire comprendre aux gens que les données sont là pour eux. C’est là un gros chantier stratégique de communication.

Bref, derrière l’open data, ce sont les questions de la nouvelle économie de la connaissance et de la transition démocratique qui sont posées. Beau défi à relever !

Pour en savoir plus :
http://democratieouverte.org
www.opendatafrance.net
www.data.gouv.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.